Coloré cortège

On a surpris, montant la rue lors de l’Halloween, quelques filles de L’École des Ursulines de Québec. Regroupées et joyeuses, elles ont regardé l’objectif avec cette désinvolture si caractéristique aux premières jeunesses.

Les photographies, gracieuseté de madame Valérie, soulignent encore une fois l’extrême pertinence d’une éducation de qualité à Québec. Encore plus que l’instruction qu’elles reçoivent au cœur même de la ville historique, ces filles de 4e année participent au dynamisme de la capitale en y apportant leur juvénile spontanéité.

En repensant aux sorties costumées du 31 octobre dernier et aux visites des commerces effectuées par les élèves de notre institution, nous ne pouvons qu’imaginer tous ces va-et-vient estudiantins qui ont pullulé et qui pullulent depuis longtemps tout autour, dans la vieille ville, près des Ursulines et près du Séminaire qui fut, pendant longtemps, l’Université Laval.

Maintenant que la mascarade est terminée et que le mois de novembre persiste à nous servir des températures au-dessus des moyennes, la dernière ligne se dessine. Et elle est chargée.
Parlant de cortège, hormis celui des enfants costumés, il y aura très bientôt celui des parents qui se rendront à L’École pour y rencontrer les enseignants à l’occasion d’une première étape complétée. Ils défileront dans les corridors à la recherche d’une classe ou d’une salle, conscients de l’importance du moment et heureux aussi d’habiter les mêmes espaces que leur fille ou que leur garçon. Dans les conversations qu’ils auront, ils sentiront et apprécieront cette volonté de l’enseignant à bien présenter l’itinéraire de leur enfant, les succès qui le jalonnent ainsi que les correctifs à envisager. Une chronique à venir cernera d’ailleurs ces diverses rencontres.

Puis viendront les activités des Fêtes et leur place importante au cœur de la vie scolaire. Chorales, pièces de théâtre anglaises et françaises, parascolaires en aboutissement, surprises dans les classes, toute cette fantasmagorie préparera les têtes et les cœurs pour l’arrivée de l’hiver.

Au milieu des réjouissances à venir, plusieurs enfants se diront, en dessinant peut-être leur bonheur sur une page, qu’il n’y a rien de mieux que de chercher sa vie au milieu des rêves que donnent à vivre L’École des Ursulines et son histoire.