Premières étapes

À quelques jours des Fêtes, l’École des Ursulines de Québec rencontrait de nombreux parents pour la remise des notes et les premières conversations plus officielles sur le parcours scolaire de tous ses élèves.

Des chaises alignées, des bureaux ajoutés et des locaux différemment occupés venaient témoigner d’une certaine effervescence qui pouvait être ressentie à chacun des étages.

Surgissant de partout, mères, pères et grands-parents se sont sagement dirigés vers les divers lieux de rencontres, accompagnés de quelques souriants sherpas en livrée scolaire qui les ont aidés, pour certains d’entre-eux, à progresser en altitude vers les sommets du troisième cycle et de la musique. Une fois rendus aux derniers étages, s’ils ont pu reprendre leur souffle et ajuster leur attirail, ce ne fut que pour quelques minutes puisque les horaires précis des rencontres étaient, dans la plupart des cas, assez scrupuleusement respectés.

Madame, monsieur, c’est maintenant votre tour…

Autour d’un bureau, enseignants, intervenants et parents se penchent alors à plusieurs reprises sur la progression de la toujours énergique Béatrice ou sur celle du toujours méticuleux Henri, sans oublier la grande Laurence ni la mature Marie-Louise, ni Ludovic l’imprévisible, ni la souriante Alicia. Dans le dialogue courtois et pondéré qui toujours prévaut, tous les élèves sont passés au crible afin de mieux cerner les progrès et les correctifs : Rémi travaille bien mais il travaille trop vite ; Amélia est étonnante mais souvent distraite ; si Arthur en donnait davantage, il aurait sans aucun doute de bien meilleurs résultats ; Rosalie sait-elle qu’elle influence les autres facilement et que toutes la regardent et l’imitent, pourrait-elle maintenant devenir un exemple et inspirer ses nombreuses amies ?

D’une classe à l’autre, d’un étage à l’autre, les discussions se poursuivront ainsi toute la journée et deviendront autant d’occasions d’entendre et de comprendre.

Comprendre que des premières étapes fort importantes se jouent ici pour tous les enfants des Ursulines et qu’il convient d’en circonscrire dès maintenant toutes les infinies possibilités.
Parce qu’en bout de ligne tous les Rémi et toutes les Laurence se rappelleront longtemps de l’impact majeur qu’aura eu dans leur vie l’École des Ursulines.

Parce qu’en bout de ligne tous les Arthur et toutes les Rosalie se souviendront profondément d’une enseignante ou d’un animateur qui aura défini les premiers sentiers de leur vie et dont le souvenir sera à toujours serti au plus profond de leur cœur.

Au deuxième étage, une femme choisit de regarder les dessins sur les murs. En attendant son tour, elle se retrouve seule devant ces murs agrémentés de jolies pages coloriées. Pendant ce temps, deux jeunes filles assises tout près d’elle se parlent de Noël.

Moment unique que celui d’une mère se remémorant son école primaire ; moment unique que celui d’une mère se rappelant tout ce temps avec émotion et nostalgie.